Communiqué de presse

Ministre Verlinden donne le coup d'envoi du renouvellement de la formation de la police

Ce matin, au Campus VESTA, la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a donné le coup d'envoi des projets pilotes dans le cadre desquels les différentes écoles de police de notre pays s'associent à des écoles supérieures. Les professeurs des écoles supérieures donneront cours aux aspirants inspecteurs au sein même des écoles de police ou des écoles supérieures. La ministre Verlinden souhaite que ce projet permette d'analyser comment mieux préparer encore les futurs policiers aux nombreux défis qui les attendent et comment intégrer l'enseignement policier à l'enseignement ordinaire.

 

Le Campus VESTA, qui abrite l'école de police de la province d'Anvers, était en pleine effervescence ce matin. Tous les aspirants policiers étaient rassemblés pour l'appel du matin sous le regard approbateur de la ministre Verlinden. Parmi eux, les tout nouveaux aspirants qui ont commencé hier leur formation de base d'inspecteur de police. Il n'y a pas qu'au Campus VESTA que les nouveaux aspirants ont entamé leur cursus. Dans tout le pays, 303 aspirants inspecteurs ont effectué hier leurs premiers pas dans leur carrière policière.

La formation policière doit préparer les aspirants aux nombreux défis qui les attendent. « Un seul job et un seul uniforme, mais une multitude de casquettes, » déclare la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden. « Ces futurs inspecteurs de police veilleront à notre sécurité et feront chaque jour la différence pour de nombreuses personnes. Qu'il s'agisse de petits problèmes ou de situations complexes et chargées d'émotions. Ils seront médiateurs, psychologues, cyber-experts ou assistants sociaux, ils devront rétablir l'ordre public lors d'incidents, mener des interrogatoires, réaliser des enquêtes, ... Nous devons donc leur offrir une formation qui les prépare au mieux à ces nombreux défis », ajoute la ministre Verlinden.

 

Collaboration avec les écoles supérieures

Afin d'améliorer encore la qualité de l'enseignement policier et de déterminer comment l'enseignement policier pourrait être intégré à terme dans l'enseignement ordinaire, la ministre Verlinden a demandé à toutes les écoles de police du pays d'entamer une collaboration avec des écoles supérieures. Cette initiative a suscité un vif enthousiasme, si bien qu'à partir du mois d'octobre, des professeurs d'écoles supérieures donneront des cours aux aspirants dans huit écoles de police. D’ici décembre, toutes les écoles de police auront rejoint le projet pilote.

Les professeurs formeront les aspirants dans leurs domaines d'expertise, tels que l'orientation sociale, le droit et la communication. Les responsables de cours et les professeurs des écoles de police continueront à former les aspirants aux matières policières spécifiques ainsi qu'aux techniques et tactiques du métier. Au total, onze écoles supérieures du pays ont manifesté leur volonté de contribuer à la qualité du contenu de l'enseignement policier.

 

Évaluation

L'évaluation des différents projets permettra de définir, étape par étape, les nouvelles bases de l'enseignement policier du futur. Dans le cadre des accords de Bologne, une équivalence a déjà été établie entre les grades de police et le type de diplôme y afférant (graduat pour un inspecteur, bachelier pour un inspecteur principal et master pour un commissaire). Un rôle important dans l'évaluation des projets pilotes en cours de déploiement est dévolu au comité d'accompagnement, qui a été créé à cet effet. Ce comité est composé de représentants de la Police Fédérale et de la Police Locale, de l'Inspection générale de la Police Fédérale et de la Police Locale, ainsi que d’experts de l’enseignement.

La ministre Verlinden en est convaincue : « Nous nous devons aujourd'hui, pour tous les policiers, d'entamer la modernisation de l'enseignement policier. Lorsque je vois l'enthousiasme et le dynamisme qui habitent les écoles de police et les écoles supérieures, je suis optimiste pour l'avenir. Tout changement nécessite du temps et une certaine faculté d'adaptation, mais il est important de regarder en avant, de surmonter les obstacles et d’avancer dans la même direction pour atteindre le même objectif : offrir un enseignement policier de qualité, adapté aux besoins et propre à l’air du temps. De plus, avec l'intégration à terme de l'enseignement policier dans l'enseignement ordinaire, nous pourrons délivrer aux policiers de demain un diplôme qui leur offrira davantage de possibilités de carrière et de perspectives d'avenir. Il s'agit là d'une étape importante pour promouvoir la police en tant qu'employeur attrayant. »